Archives de catégorie : Santé

Santé et Développement Durable pour les Secondes CVPJ

Imaginez un troupeau de nains de jardin explorant les labyrinthes végétaux pieds nus et les yeux bandés ou dans la cime des arbres, au milieu d’une collection de nains aux Jardins de Brocéliande à Bréal sous-Montfort, en plein dans une démarche de développement durable, c’est le stage Santé et Développement Durable des Secondes CVPJ, à tel point qu’ils en ont fait un jeu de 7 familles de nains de jardin autour du concept de « jardin durable ». Apprendre en s’amusant. Que du bonheur !

La vie confinée des étudiants

Suite au discours du président de la République du 31 mars 2021, nous avons été obligés de revenir aux cours distanciels comme on a pu l’être en fin d’année scolaire 2020. Notre vie social se résume alors à quelque heures par semaine de visioconférence derrière un écran, pour les étudiants qui peuvent y participer. La crainte du virtuel est de retour, bouleversant une fois de plus le mode de vie des étudiants.

Pour y faire face, les professeurs des établissements scolaires ont essayé d’adapter aux mieux le suivi du cursus scolaire. En effet, différents logiciels sont à notre disposition pour garder un mode de fonctionnement proche des heures de cours habituelles. Le travail demandé est consultable sur des logiciels comme  Pronote ou Ypareo, mais peut être également disponible par mail ou sur Moodle. Certains professeurs organisent aussi quelques visioconférences sur Zoom ou sur Blackboard, ce qui permet de reconstituer la classe de façon virtuelle mais c’est beaucoup moins vivant. Malgré ces moyens mis à la disposition des étudiants, leur mode de vie reste chamboulé et peut même les démotiver. 

De nombreux problèmes s’ajoutent :

  • La vie sociale de l’étudiant :

Ces restrictions imposées nous limitaient à sortir à moins de 10 kilomètres de chez nous avec un couvre-feu, ce qui signifiait moins de contacts et de loisirs avec ses proches.

  • Des problèmes de compréhension :

Les professeurs n’étant pas avec nous, les cours en distanciel sont parfois compliqués à suivre. Les élèves ayant des difficultés dans certaines matières ne parviennent pas à comprendre totalement certaines leçons qui peuvent être dures à assimiler. Malgré l’aide de nos enseignants, ils ne peuvent pas gérer une vingtaine d’élèves en direct-live sur leurs écrans. Pour résumer, la communication entre professeurs et élèves peut paraître très compliquée et parfois impossible.

  • Le manque de moyen :

Les visioconférences étant le peu de vie social lié à notre scolarité restant, il faut encore disposer d’un ordinateur et d’une connexion fiable pour en bénéficier. Ces 2 éléments sont indispensables de nos jours pour un mode de travail correct. Cependant, certains élèves n’ayant pas ces conditions se retrouvent démunis et ne parviennent pas à travailler dans de bonnes conditions. Ils sont alors presque mis de côté par l’enseignement en général.

Il y a cependant quelques points positifs comme la fin du port du masque toute la journée ou le fait de travailler quand on veut. Nous vous souhaitons à tous du courage et de l’ambition pour continuer en ces temps difficiles !

Les étudiants Lucas Cailloce, Maxime Delourme, Jade Guyodo, Evan Lebrun, Laura Henry, Maëva Desert et Brice Morin.

Fin d’année spectaculaire !

Dans le cadre de la résidence d’artistes de la compagnie de cirque Charivari de Saint-Brieuc, les élèves des trois classes de Secondes nous ont épatés par leur spectacle de restitution des ateliers jonglage et acrobatie dans le cadre du stage Santé et Développement Durable. Bravo à eux !

Quel cirque !

Les Secondes du Lycée du Mené ont fini l’année en beauté durant leur stage Santé et Développement Durable, avec l’accueil en résidence de la compagnie de cirque Charivari de Saint-Brieuc, deux spectacles en soirée, et une restitution en fin de semaine par les élèves volontaires qui se sont surpassés pour nous offrir leur spectacle de cirque, fruit des ateliers jonglage et acrobaties dirigés par Valérie Faisant. Un grand merci à elle !

Une formation handicap enrichissante

Le jeudi 11 et Vendredi 12 octobre s’est déroulée la 1re session de la formation « élèves en situation de handicap » dispensée par Mme Aude Carfantan, enseignante de français au lycée agricole de Châteaulin (29). Dans le cadre d’un tiers-temps intitulé « handicap et réussite scolaire », celle-ci est dorénavant référente Région pour l’ensemble des établissements agricoles publics.

La formation a tout d’abord débuté par la description du handicap de la dyslexie et de ces différentes formes (dyspraxie, dysphasie, dyschronie, dyscalculie,…), ainsi que des généralités sur l’autisme.

Quant au test ROC (Repérage Orthographique Collectif) qui peut permettre une identification de difficultés inhabituelles concernant la lecture et l’orthographe pour les élèves de niveaux CM2/6e/5e, il n’est malheureusement pas systématiquement réalisé. Sur notre établissement, Mme Monique Urien s’en charge pour toutes les classes entrantes : 2ndes et CAP 1 fleuriste. Il a été permis aux adultes présents de découvrir ce test, de l’expérimenter et de le corriger afin d’en comprendre le principe et le niveau exigé.

Enfin, Mme Carfantan a présenté les différents outils à disposition pouvant faciliter l’apprentissage de l’élève ou le travail de l’enseignant : crayon optique pouvant lire un texte (Exam-Reader), crayon enregistreur (Echo Smart Pen), souris scanner (Iriscan mouse), logiciel adaptant les règles DYS,… Des matériels qui ont littéralement épaté les enseignants présents de par leur fonctionnalité.

 

Si reformater entièrement ses cours afin de les adapter aux difficultés des dyslexiques peut représenter une charge de travail conséquente, faire en sorte que l’ensemble des enseignants/formateurs puissent dès maintenant uniformiser leurs pratiques en appliquant des réflexes simples de mise en page, de police, d’articulation permettra à court terme de faciliter l’apprentissage de contenu non seulement pour les dyslexiques mais aussi pour l’ensemble des apprenants (cours lisible, aéré, et articulé). Si malheureusement ces « recettes » ne sauraient résoudre définitivement les difficultés des plus touchés, elles peuvent et doivent être adaptées à la situation et à la demande des élèves en situation de handicap.

Pour finir, l’ensemble des enseignants était particulièrement satisfait de ce temps passé à aborder ce handicap diffus, souvent mal identifié et repéré, peu connu et reconnu. De plus, l’échange de pratiques, d’exemples vécus entre enseignants et l’apport de conseils de l’intervenante ont été autant d’expériences engrangées, partagées et appréciées de tous.

Une formation à généraliser au plus vite !

Emmanuel Maguet