Dimanche 16 mars 2008

Ce matin après le petit déjeuner nous sommes partis en direction d’Auschwitz. Une fois arrivés sur place deux guides parlant français nous ont accueillis.

Nous avons commencé par le camp de concentration d’Auschwitz, beaucoup d’entre nous ont eu a plusieurs reprises un pincement au cœur au fil de la visite. Ce qui nous a le plus choqué c’est la montagne de cheveux provenant des déportés qui étaient rasés dès leur arrivée ; mais aussi les montagnes de lunettes et de valises avec le nom de leur propriétaire inscrit dessus.

Après avoir mangé, nous sommes partis vers le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz Birkenau qui est le plus grand de tous les camps avec ses 175 hectares de superficie. Celui-ci comptait 300 baraquements et a contenu jusqu’a 100 000 déportés.

Nous n’avons pas pu voir les chambres à gaz puisque celles-ci furent détruites par les nazis avant l’arrivée des Soviétiques en Janvier 1945. Mais nous avons pu voir l’entrée emblématique du camp avec sa voie ferrée qui acheminait les déportés.

A leur arrivée les déportés subissaient une première selection : les hommes d’un côté, les femmes et les enfants de l’autre. Ensuite, ils étaient dirigés vers leurs baraquements respectifs.
La deuxième selection : le médecin désignait du doigt ceux qui étaient envoyés vers les chambres à gaz ; et ceux destinés aux différents travaux.

Il y a eu 78 convois d’environ 1 000 déportés à entrer dans ces camps.

Après une visite chargée d’émotions, nous sommes rentrés à Cracovie ; nous avons bénéficié d’un quartier libre avant et après le dîner.

Séparation entre les blocks de prisonniers

Le groupe devant l’entré du camp d’Auschwitz I. L’enseigne de l’entrée indiquait aux déportés :
“le travail rend libre”

Les latrines du camps de quarantaine.
Ici, aucune intimité et il fallait attendre l’ordre des kapos pour faire ses besoins.

En arrière plan, on aperçoit l’entrée du camps et, sur la gauche, le quai de débarquement où s’effèctuait le triage des déportés.

Les baraquements des hommes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *