Action de découverte pour l’Ecole Primaire de Merdrignac

L’Exploitation et les étudiants de BTS sont fiers de vous présenter leur action de découverte et de sensibilisation de leurs filières à travers une journée pédagogique de visite des Serres et de l’Animalerie, ainsi que des ateliers ludiques autour des animaux d’élevage et de compagnie, et des plantes comestibles et médicinales. Le tout en images :

Action de prévention drogues et alcool

Les étudiants de BTS sont fiers de vous présenter une action de prévention qui s’est déroulée en janvier à l’attention des jeunes du Lycée, avec des moments de rencontre et des temps d’expression libre, autour de l’association Mélodie, le Centre d’addictologie ou encore la Gendarmerie. Le tout en images :

Mon Lycée : Lieu(x) de vie(s), Lieu(x) d’envie(s)

Dans le cadre d’une réflexion régionale de tous les Lycées Agricoles Publics de Bretagne, initiée par les réseaux régionaux ESC et CPE, le Lycée du Mené a engagé un gros chantier de rénovation et de réappropriation des lieux de vie, à commencer par le Foyer des élèves. Les travaux ont commencé grâce à de nombreux adhérents volontaires pour rafraîchir les murs et le mobilier, avec une vraie réflexion de fond sur l’agencement, l’ambiance, le choix des matériaux et des coloris. Un artiste professionnel sera même associé pour donner sa touche finale et apporter son originalité.

Parallèlement, d’autres élèves ont réfléchi à la question de la réappropriation des lieux de vie pour en faire des lieux d’envie, comme les bâtiments de l’internat, l’aménagement des lieux de passage comme les couloirs et les murs d’exposition, ou les espaces extérieurs.

SAM_4348

SAM_4349SAM_4345

Enfin, à mi-parcours de cette réflexion, voici le résultat de la perception des élèves quant à leur vécu et leurs attentes :

Perceptions

Petite histoire de la vaccination – réponses –

Histoire de la vaccination

réponses

1-b

  • Étymologiquement, vaccination signifie « envachement »!
  • À la fin du XVIIIe siècle, le médecin britannique Edward Jenner observe que les fermières qui sont régulièrement en contact avec la « variole des vaches » ne contractent jamais cette maladie.
  • En se basant sur cette observation, Jenner réalise quelques expériences. En 1796, il prouve que le pus de variole bovine introduit par scarification (une incision superficielle de la peau) protège les humains contre la maladie.
  • Le principe de la vaccination est né!

2-a

  • C’est le Français Louis Pasteur qui a mis au point ce vaccin en 1885.
  • Puisqu’il s’agit d’une maladie nerveuse, Louis Pasteur se doute que la moelle épinière des animaux malades doit être contaminée. Il prélève donc un morceau de moelle d’un lapin mort de la rage et le fait sécher dans un bocal, question d’affaiblir l’agent infectieux.
  • Il applique le vaccin pour la première fois le 6 juillet 1885 à un jeune garçon qui avait été mordu par un animal atteint de rage. Le garçon reçoit 13 injections de broyat de moelle de lapin. C’est un succès! Une commission d’enquête confirme l’efficacité du vaccin anti-rage. Les candidats à la vaccination se mettent à affluer.

3-b

  • Après plus de dix années de recherches interrompues par la Première Guerre mondiale, les Français Albert Calmette et Camille Guérin mettent au point un vaccin contre la tuberculose, à l’Institut Pasteur de Paris. Le premier vaccin BCG (bacille de Calmette et Guérin) est administré en 1921.
  • Huit ans plus tard, dans la petite ville allemande de Lübeck, 71 enfants meurent après avoir reçu le vaccin. Le gouvernement allemand intente un procès contre l’Institut Pasteur. Albert Calmette est bouleversé. Il dit souffrir de « tortures morales dont personne ne peut imaginer l’atrocité ».
  • Une enquête démontre finalement que le vaccin BCG n’est pas responsable du décès des enfants. C’est plutôt le laboratoire chargé de préparer le vaccin en Allemagne qui a commis une erreur et a accidentellement contaminé la préparation.

4-d

  • Au cours des années 1950, plusieurs scientifiques sont engagés dans une course pour mettre au point un vaccin contre la poliomyélite. Jonas Salk y arrive le premier, en 1952. Il s’agit d’un vaccin injectable, fabriqué à partir de virus inactivés.
  • Quelques années plus tard, en 1957, Albert Sabin invente un vaccin oral à partir de souches de virus vivants. Il est plus efficace et moins cher à produire.
  • La polio demeure un important problème de santé publique dans de nombreux pays africains et asiatiques. En 1988, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a lancé un projet visant à éradiquer la poliomyélite de la planète vers l’année 2005. L’année cible a, depuis, été repoussée à 2010.

5-d

  • C’est le Dr Michiaki Takahashi, de l’Université d’Osaka, qui a mis au point le premier vaccin contre la varicelle, en 1973.
  • Quelques années plus tôt, en 1966, ce même chercheur a mis au point le premier vaccin contre les oreillons.

6-c

  • En 1958, l’Union soviétique propose le lancement d’une campagne de vaccination pour éradiquer la variole de la surface de la Terre. À l’époque, elle fait 2 millions de victimes chaque année. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) se charge du projet.
  • Le chemin vers l’éradication du virus est truffé d’embûches. Au départ, on vise à vacciner 80 % de la population mondiale. Mais dans les pays du Sud, on peine à atteindre de larges tranches de la population. En 1967, on change donc de stratégie. On décide de concentrer les efforts sur les foyers d’infection, pour endiguer le virus.
  • Une commission scientifique internationale déclare la variole éradiquée en décembre 1979. L’OMS confirme cette réussite en 1980.

7-a

  • Le Québec offre des programmes de vaccination gratuite depuis 1919. Le premier vaccin proposé à l’époque : celui contre la variole, une maladie aujourd’hui éradiquée.
  • Les campagnes de vaccination contre l’influenza ont commencé beaucoup plus tard, soit en 1971, mais se poursuivent toujours aujourd’hui.
  • Le Québec offre des programmes de vaccination gratuite depuis 1919. Le premier vaccin proposé à l’époque : celui contre la variole, une maladie aujourd’hui éradiquée.
  • Les campagnes de vaccination contre l’influenza ont commencé beaucoup plus tard, soit en 1971, mais se poursuivent toujours aujourd’hui.

8-b

  • La gastroentérite à rotavirus est responsable de la mort de 500 000 enfants chaque année, dans le monde. C’est la première cause de mortalité infantile.
  • Un premier vaccin contre le rotavirus est mis au point en 1983, mais il s’avère peu efficace. Un second, le Rotashield, est breveté en 1991. Quelques années après son introduction, on le retire du marché puisqu’il est impliqué dans certains décès par occlusion intestinale.
  • Les deux nouveaux vaccins, soit le Rotarix (GlaxoSmithKline) et le Rotateck (Merck), pourraient enfin aider à éradiquer le rotavirus.

9-d

  • L’équipe du Dr Chill Yong Kang a reçu 90 millions $ de la Fondation Gates et du gouvernement canadien pour produire son vaccin, le fruit de 20 années de recherches.
  • À ce jour, trois vaccins contre le sida ont fait l’objet d’essais cliniques à grande échelle. Tous se sont avérés un échec.

10-b

  • Depuis l’an 2000, environ 213 millions d’enfants ont reçu des vaccins grâce à GAVI Alliance (qui se nommait auparavant l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination). Cette organisation a été lancée en 2000 pour faciliter l’accès des enfants des pays pauvres à la vaccination.
  • Parmi les partenaires de GAVI Alliance, on compte des gouvernements de pays industrialisés et en développement, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la Banque mondiale, la Fondation Bill & Melinda Gates et des fabricants de vaccins.

 

Réponses au test MST

Si vous n’avez pas fait ce test, avant de lire les réponses, vérifiez vos connaissances.

Réponses

1. A MST est l’abréviation de « maladie sexuellement transmissible ». Comme l’organisme peut être infecté sans qu’aucune maladie ne se déclare ,les experts préfèrent le terme d’infection sexuellement transmissible, ou IST. Elles sont provoquées par des bactéries, des champignons, des virus, des acariens, des insectes… Certaines,  comme la syphilis, le sida ou l’hépatite B sont potentiellement mortelles. D’autres comme les mycoses, sont bénignes.

2. C La plupart des IST ne se transmettent pas uniquement par voie sexuelle. par exemple, le virus de l’hépatite B, très contagieux, est susceptible d’être transmis lors d’untatouage ou d’un piercing réalisés dans de mauvaises conditions d’hygiène.

3. A La cystite est due à la bactérie Escherichia coli qui vit naturellement dans les instintin et les voies urinaires. Dans certaines conditions, les premiers rapports notamment, elle pullule dans la vessie et provoque une infection. La cystite n’est donc pas une IST mais peut être favorisée par les rapports sexuels.

4.C Au moindre doute, il faut balayer sa honte et sa pudeur et consulter un médecin. Attendre que cela passe, c’est prendre le risque que les germes deviennent plus difficiles à combattre ou provoquent des dégâts irréversibles.

5.B Une mycose est une infection due à un champignon. Le plus courant ,Candida albicans,, est naturellement présent chez certaines personnes dans la bouche, l’intestin et sur les muqueuses génitales. Il peut donc se transmettre de diverses façons. Souvent, cet opportuniste profite d’une baisse des défenses de l’organisme, due au stress ou la prise d’antibiotiques, pour proliférer et provoquer une mycose.

6. C Les IST se transmettent par contact avec le sang, le sperme, les sécrétions vaginales ou la salive, mais pas lors d’un contact de peau avec le siège des toilettes. Par contre , les virus responsables de la gastroentérite transitent par les mains souillées et ce qu’elle touchent: les portes des toilettes, par exemple.

7.B La plupart des IST dues à un virus (hépatite B, papillomasvirus, VIH) ne provoquennt pas de symptôme immédiat. C’est le cas également de l’infection provoquée par la bactérie Chlamydia. Les complications que ces IST provoquent n’en sont que plus redoutables: cancer du col de l’utérus, stérélité, cirrhose…

8.A La chlamydiase est la plus fréquente des IST: elle concerne 2 à 5% des adolescents et jeunes adultes. Chez la femme , elle est responsable de 80% des stérilités par obstruction des trompes. Elle peut aussprovoquer des stérilités masculines. Comme la chlamydiase est en général sans symptômes,seule une virégulière chez le gynécologue permt de la dépister. Une autre IST rend stérile: la blennoragie. Mais elle est rare en France.

9.C Chaque espéce de poux est exclusive d’un territoire: les morpions colonisent uniquement les poils pubiens. Ils se transmettent lorsque l’on partage le même lit ou le même sac de couchagez et démangent terriblement.

10. A La gale est un petit acarien parasite qui se transmet lors d’un contact peau à peau prolongé avec quelqu’un d’infesté. La contamination a souvent lieu à l’occasion de rapports sexuels,et provoque des démangeaisons.

11.A L’eau de la piscine n’est pas un vecteur d’IST. En revanche, à l’occasion du  prêt de serviette ou de maillot de bain, le champignon Candida albicans ( voir question 5) peut se transmettre.

12. A Il est possible de se vacciner contre le virus de l’hépatite B (à l’origine du cancer du foie) et contre certains papillomavirus ( à l’origine du cancer du col de l’utérus) .

13 B Un rapport sexuel non protégé, un préservatif qui se déchire …. peuvent être à l’origine d’une contamination par une IST. Il ne faut pas oublier que le sida reste une maladie mortelle. 24 heures sur 24, les services d’urgences des hopitaux peuvent vous accueillir pour évaluer ce risque. Dans certains cas un traitement peut être proposé pour limiter la limiter la probabilité que le virus du sida infecte votre organisme.

14. B Il faut bien sûr en parler à sa/son partenaire pour être traiter en même temps et casser la chaîne  de la contamination.

Spécial filles


15. C Les pertes sont de consistance inhabituelle, blanches ou colorées (grisâtres, verdâtres), parfois malodorantes. Elles peuvent être associer à des brûlures en urinant.

16. C La pilule est exclusivement contraceptive. Le préservatif est le seul moyen efficace de se protéger des IST lorsqu’on a des rapports sexuels.

17. C Les papillomavirus déclenchent des liaisons du col de l’utérus susceptibles de dégénérer en cancer.

Spécial garçons

18.A Cet écoulement persiste entre les passages aux toilettes. Il est coloré et parfois malodorant. Il peut s’accompagner de brûlures en urinant.

19.C Dés lors qu’il y a pénétration, il y a contact avec les sécrétions vaginales et donc risque de contamination. Pour se protéger, une seule solution est efficace: le préservatif.

20.C Le cancer du foie peut être une conséquence d’une infection par l’hépatite B. Il touche autant les filles que lesgarçons. 90% environ des personnes infectées par ce virus guérissent totalement.Parmi ceux qui deviennent  pirteurs chroniques du virus ( environ 300 000), un quart feront un cancer du foie.

RESULTATS

plus de 17 bonnes réponses .

Vous êtes incollable sur les IST.

toutefois, il ne suffit pas d’avoir des connaissances théoriques. Encore faut-il les appliquer au quotidien et savoir vaincre sa timidité dans l’intimité de la relation amoureuse.

Faites ce test avec des amis, débattez des réponses, cela vous aidera à dépasser votre gêne.

entre 8 et 17 bonnes réponses.

Certs vous n’êtes pas ignare.

Mais vous avez des lacunes susceptibles de vous mettre en danger. Lisez nos ré^ponses: si vous gar dez nos conseils en tête et appliquez ces informations au quotidien, vous devriez pouvoir éviter les problémes.

moins de 8 bonnes réponses .

La question des IST ne vous intéresse pas.

Peut-être vous dites-vous qu’il faut un peut d’hygiéne pour y échapper, ou encore que ces maladies n’arrivent qu’aux autres. Faire ainsi l’autruche vous expose à de graves problèmes de santé. Les réponses de ce test devraient vous en convaincre.

vous pouvez retrouver ce test dans phosphore mars 2009.

Quelques définitions.