Mardi 18 mars 2008

Une journée très fatigante nous attendait : le trajet de Cracovie à Berlin. Et oui, environ 610 kilomètres séparent ces deux villes. Mais Joël notre chauffeur (Jojo pour le séjour) nous a conduit à bon port. Nous tenons d’ailleurs à le remercier de nous avoir conduit pendant tout le séjour.

Nous avons eu, juste au moment de partir une bonne averse de neige. C’était la première fois depuis le début du séjour.

Après 10 heures de route, nous sommes arrivés à Berlin. Nous nous sommes installés à l’auberge de jeunesse … où nous resterons deux nuits.

C’est notre derrnière escale avant le retour à Merdrignac.

Vue du chateau de Wavel en compagnie de chute de neige

Lundi 17 mars 2008

Après une bonne nuit de sommeil, nous sommes allés visiter le quartier juif de Cracovie, Kazimierz . Nous avons pu observer et visiter des synagogues – il y en a 7 au total.- des bâtiments, un cimetière et des logements. Le ghetto de Cracovie, moins célèbre que celui de Varsovie dans lequel furent emmûrés (mur en forme de pierre tombale juive) plusieurs milliers d’hommes, de femmes et d’enfants, dont le célèbre réalisateur Roman Polanski. les seules traces existantes sont : un pan de mur, la place d’appel récemment rénovée où des chaises sculptées, scellées figurant l’attente vers les camps d’extermination ont été placées. Au cours de notre balade nous avons pu voir l’usine d’Oskar Schindler, célèbre Allemand qui a sauvé 1200 juifs lors de la seconde Guerre Mondiale en les achetant au camp d’Auschwitz- Birkenau pour travailler dans son usine de casseroles émaillées. Oskar Schindler fut l’un des premiers justes honorés, dans les années 60, par Israël et le célèbre metteur en scène américain Steven Spielberg en a fait un film intitulé « La liste de Schindler ». Nous avons marché sur les pas de Schindler.

A Cracovie, il ne reste qu’ environ 200 juifs contre 150 000 dans les années 30. A l’époque, au milieu du quartier, est située une place comportant un bâtiment circulaire qui abritait l’abattoir commun de viande kasher (animal tué rituellement de trois coups portés au maximum pour que la viande soit déclarée pure pour les juifs).

Ensuite, nous nous sommes dirigés vers le zoo de Cracovie mais les conditions climatiques ne nous ont pas permis d’y aller. Nous avons donc visiter un centre commercial et pu faire quelques emplettes.

Vers 15 h 30 nous nous sommes dirigés vers la mine de sel de Wieliczka. Cette mine de sel est la plus vieille mine encore en activité et visitable au monde. Un guide parlant français et ayant un humour apprécié de tous nous a fait découvrir ce lieu. Cette mine est immense, elle descend à 315 mètres de profondeur et s’étend sur 300 km. Mais rassurez–vous, nous ne sommes descendus qu’à environ 135 mètres (380 marches) et avons parcouru 3 km (à pied bien entendu).

Cette mine comporte plusieurs salles, chapelle, et autres statues ainsi que plusieurs anciens instruments utilisés au cours des siècles, depuis l’ouverture de la mine. A la fin de la visite nous avons rejoint le restaurant Gosciniec où nous avons pris tous nos petits-déjeuners et dîners durant notre séjour cracovien .

Une synagogue

L’ancien abattoir

Le mur des lamentations de Cracovie

Un cimetière juif

L’usine d´Oskar Schindler

 

Dimanche 16 mars 2008

Ce matin après le petit déjeuner nous sommes partis en direction d’Auschwitz. Une fois arrivés sur place deux guides parlant français nous ont accueillis.

Nous avons commencé par le camp de concentration d’Auschwitz, beaucoup d’entre nous ont eu a plusieurs reprises un pincement au cœur au fil de la visite. Ce qui nous a le plus choqué c’est la montagne de cheveux provenant des déportés qui étaient rasés dès leur arrivée ; mais aussi les montagnes de lunettes et de valises avec le nom de leur propriétaire inscrit dessus.

Après avoir mangé, nous sommes partis vers le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz Birkenau qui est le plus grand de tous les camps avec ses 175 hectares de superficie. Celui-ci comptait 300 baraquements et a contenu jusqu’a 100 000 déportés.

Nous n’avons pas pu voir les chambres à gaz puisque celles-ci furent détruites par les nazis avant l’arrivée des Soviétiques en Janvier 1945. Mais nous avons pu voir l’entrée emblématique du camp avec sa voie ferrée qui acheminait les déportés.

A leur arrivée les déportés subissaient une première selection : les hommes d’un côté, les femmes et les enfants de l’autre. Ensuite, ils étaient dirigés vers leurs baraquements respectifs.
La deuxième selection : le médecin désignait du doigt ceux qui étaient envoyés vers les chambres à gaz ; et ceux destinés aux différents travaux.

Il y a eu 78 convois d’environ 1 000 déportés à entrer dans ces camps.

Après une visite chargée d’émotions, nous sommes rentrés à Cracovie ; nous avons bénéficié d’un quartier libre avant et après le dîner.

Séparation entre les blocks de prisonniers

Le groupe devant l’entré du camp d’Auschwitz I. L’enseigne de l’entrée indiquait aux déportés :
« le travail rend libre »

Les latrines du camps de quarantaine.
Ici, aucune intimité et il fallait attendre l’ordre des kapos pour faire ses besoins.

En arrière plan, on aperçoit l’entrée du camps et, sur la gauche, le quai de débarquement où s’effèctuait le triage des déportés.

Les baraquements des hommes.

Samedi 15 mars 2008

Ce matin nous sommes partis de République Tchèque pour poursuivre notre voyage vers la Pologne et plus précisement Cracovie. Au cours de notre voyage nous nous sommes arrêtés pour manger dans une station service. En face de cette station la pauvreté nous a surpris avec deux tracteurs un peu spéciaux que vous pourrez voir plus bas.

Une fois arrivés à Cracovie nous avons déposé nos bagages à l’auberge de jeunesse. Nous avons pu remarquer que les gens conduisent assez vite en ville.

Ensuite nous avons visité la ville avec une guide parlant très bien le français, puis nous avons mangé au restaurant. Après le repas chacun a pu flâner dans les rues de Cracovie avant de rentrer à l’horaire prévu afin de passer une bonne nuit pour la visite d’Auschwitz-Birkenau.

Un tracteur polonais

Une église

Le palais royal

L’église aux 12 apôtres.