Visite de la MCE de Rennes par les BTS2 TC “JVO”

Le 9 novembre 2017, nous sommes allés à la Maison de la Consommation et de l’Environnement (MCE) à Rennes qui est un établissement regroupant 29 associations.

La MCE a mis en place plusieurs programmes dont la charte ” Jardiner au naturel, ça coule de source ” crée en 2004.

La démarche de ce programme a été faite au départ à Rennes et ses alentours puis pour toute la Bretagne, le Centre, la région PACA et la Champagne. Ce programme intervient dans les jardineries.

Son objectif est d’informer des dangers des pesticides et présenter les solutions alternatives pour les jardins et pour les communes en s’appuyant sur des livrets de communication.

On a discuté ensuite de la réglementation qui dès 2019 doit changer. Il n’y aura plus de produits phytosanitaires en vente dans les jardineries sauf les produits de faible risque et les préparations peu préoccupantes.

De plus, pour vendre un produit phytosanitaire, il faut posséder un certyphyto et les produits doivent avoir une Autorisation de Mise en Marché (AMM).

Ensuite, nous avons évoqué la Loi Labbé mise en place en 2017, qui interdit de désherber avec des produits phytosanitaires autour des écoles, hôpitaux ainsi que dans les communes.

Enfin, nous avons découvert des animations pour les nouveaux arrivants des lotissements. La MCE travaille actuellement sur les jardins partagés et les incroyables comestibles avec un jardin partagé sur le toit du bâtiment.

Malades, mais tellement belles !

L’épuration continue.

Au printemps 2012, on avait pu observer de fortes attaques de pucerons, ces petits insectes présentant la particularité de pouvoir transmettre les virus d’une plante à l’autre. Et logiquement, cette année, le nombre de plantes virosées est nette augmentation. Même si nous sommes obligés d’arracher les plantes atteintes, on ne peut s’empêcher d’admirer ces fleurs, certes malades, mais tellement belles !!

679-3virus

Tulipe virosée

679-1virus

Tulipe virosée

679-2virus

Tulipe virosée

Pour une même variété, en fonction de la concentration virale, l’intensité des couleurs peut varier de façon importante, comme par exemple pour la variété DENVER, qui devrait être entièrement mauve.

Un lâcher d’auxiliaires

Les pucerons sont particulièrement gênants sur les tulipes car ils transmettent les virus d’une plante à l’autre. Pour lutter contre ce problème sanitaire, des larves de chrysopes ont été introduites dans la culture. Ces larves, carnivores, se nourrissent de pucerons, et sont donc de précieux auxiliaires.

chrysopes

Larve de Chrysope

Environ 500 larves ont été lâchées sur l’intégralité de la culture, en insistant un peu plus sur les variétés déjà contaminées.

lacherchrysope

Lâcher de chrysopes

 

Des problèmes de rongeurs

Dès la fin de la plantation, les petits rongeurs ont commencé à attaquer les bulbes de tulipes dont ils sont particulièrement friands.

Rongeurs1

Bulbe de tulipe grignoté par des rongeurs

 Nous sommes donc obligés de disposer un peu partout dans le tunnel des appâts empoisonnés.

rongeurs2

Appâts empoisonnés

Les rongeurs étant particulièrement voraces, le produit devra être renouvelé régulièrement.