Le Jardin des Saveurs et des Senteurs

Le “Jardin des Saveurs et des Senteurs” est magnifique en cet fin d’été.
Depuis 11 ans, c’est un lieu d’apprentissage et de vie pour tout l’établissement.
De nombreux élèves et apprentis œuvrent, chaque année scolaire, dans l’aménagement de ce jardin et son entretien, avec leurs enseignants techniques. Un grand merci à Glenn et à Marie de l’avoir tant bichonné pendant notre absence cet été !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Toutes les photos ont été prises par Marie Isaac.

 

Manon Copin.

Les 2ndes CVPJ multiplient les végétaux

Au cours de l’année, nous avons multiplié différentes plantes :

  • des semis de noyaux d’avocat, de graines d’agapanthe
  • des boutures de tiges  d’Aeonium, de Figuier de Barbarie
  • des boutures de feuilles de plantes grasses comme l’Echeveria et le Sempervivum
  • des divisions de Sempervivum
  • du stolonnage de fraisiers

Nous avons énormément appris et pratiqué tout au long de cette année scolaire. De plus, maintenant que nous les avons rempotés, nous allons pouvoir en ramener une partie chez nous pour ensuite les mettre dans notre jardin ou les offrir à nos proches.

Les 2ndes CVPJ

Photographe : Yonna Joliff

Plantation de potimarrons pour le self

Nous avons pris la bâche, les outils, une brouette et les plants de potirons.
Après que le terrain ai été retourné avec le tracteur, nous avons pris le croc pour crocheter afin de casser la croute de battance.
Ensuite, nous avons ratissé le sol avec un râteau pour égaliser et niveler afin d’enlever les grosses mottes.

Nous avons mesuré le terrain pour savoir combien de mètres de bâches il fallait : le terrain mesure 23 m sur 3.30 m. Nous avons donc couper 3 morceaux de bâches de 23 m sur 1.10 m, ce qui donne une superficie de 76 m².
Nous l’avons mise en place sur le terrain et enterré les contours pour éviter qu’elle ne s’envole.
Nous avons mis une bâche afin d’éviter que les adventices ne se développent de trop.
Nous avons ensuite fait des trous pour planter les plants de potirons ‘red curry‘ après les avoir fait baigner dans une brouette d’eau.
Nous les avons distancés tous les 1m afin de les laisser se développer normalement.
Nous attendons maintenant le mois d’octobre et de novembre pour avoir les soupes au potiron au self !

Article rédigé par 3 élèves en 1ère TC “Vente Produits Jardin” durant leur mini-stage sur l’exploitation : Sarah Gampp, Dylan Jouan, Guillaume Nony

A la recherche d’un jardinier H/F pour cet été

Nous sommes à la recherche d’un(e) jardinier(e) pour l’entretien du jardin pédagogique de notre établissement, le Jardin des Saveurs et des Senteurs, pour la période estivale.

Activité principale :         Désherbage dans les plesses du jardin, taille et arrosage.

Le profil recherché :        Dynamique, travailleur, rigoureux et autonome

Conditions proposées :  Emploi saisonnier, 20 h/semaine (8h à 12h du lundi au vendredi). Poste à pourvoir à partir du 9 juillet 2018 jusqu’au 24 Août 2018. – SMIC 

Si intéressé(e), merci de prendre contact avec Manon COPIN, directrice de l’exploitation, directement aux Serres du Mené ou au 06 23 01 65 31

 

Couci-couça du côté des reines de la pollinisation au Mené

L’hiver est synonyme de calme pour les abeilles comme pour les végétaux! Les abeilles se préparent à passer l’hiver bien au chaud en ayant pris soin de colmater les moindres interstices de la ruche à l’aide de la propolis. Cette matière résineuse rouge brunâtre utilisée par l’homme pour soigner de nombreux maux permet avant tout aux abeilles de combler les fissures, étanchéifier, et aseptiser la ruche.

Après une dernière inspection automnale on ne les dérange plus pendant de longs mois. Alors inspection des courses? Pas de présence de varroa cette année youpi!
Le varroa c’est quoi? Il vaut mieux avoir sa belle-mère sur le dos à n’en pas douter! Les varroas sont des acariens parasites qui se nourrissent de l’hémolymphe (sang des insectes) des abeilles en se fixant sur leur dos. En plus, du frelon asiatique, des teignes, des pesticides, de la loque, l’avenir des abeilles est très incertain. Une grande partie de notre alimentation en dépend (fruits, légumes, céréales) mais cette extinction massive des abeilles semble ne préoccuper que peu de monde…

Des solutions simples existent afin d’aider nos butineuses à préparer notre panier repas préféré comme la plantation de végétaux mellifères (cerisier, glycine, robinier, bruyère, aster, lierre, chèvrefeuille et tant d’autres…),  les haies variées peu taillées, une palette végétale diversifiée, laisser des espaces s’enherber spontanément afin de privilégier la flore locale…

Quel avenir pour les ruches du Lycée/Cfa du Mené?
Actuellement, nous développons un projet pédagogique avec l’appui de l’association de développement de l’économie sociale et solidaire centre Bretagne afin de concrétiser les actions menées par les élèves et apprentis et ainsi faire vivre ce projet de développement durable.

Bastien L.