Visite Terremo’Logic en présence des BTS TC première/deuxième année

Voici l’entreprise Terremo’Logic (SARL), créée par Paul Gilles et Florence Chedaleux (agriculteurs) en 1994. Elle est située à Ploërmel dans le Morbihan. Cet endroit était à la base une ferme qui produisait auparavant en agriculture conventionnelle avec de l’élevage et traite de vaches laitières. Aujourd’hui « la ferme » est composée de 115 hectares (légumes, maïs, blé) et un petit élevage de génisses juste par passion, un choix fait vers les années 2000. Cette entreprise est composée de deux associés (le couple) et un salarié.

En 2007 ils décident de se tourner vers la valorisation des coquilles d’œufs. Ils possèdent également depuis peu une suffisance en bois à consommer pour le compresseur, ce qui amène à une autonomie énergétique grâce au traitement du bois, que ce soit pour les particuliers ou les professionnels.

Leur objectif est de valoriser des coquilles d’œufs considérées comme un déchet en amendement calcaire. Très utile pour les terres bretonnes naturellement acides, ces coquilles se substituent à la chaux. Elles sont stérilisées et débarrassées de leurs membranes et ensuite commercialisées par un groupe coopératif breton.Ce système de valorisation permet de créer une économie circulaire. En effet, les coquilles proviennent d’une casserie implantée à 15 km et retournent aux sols afin d’aider à la production de céréales qui peuvent parfois être destinées à l’acteur initial : les poules pondeuses.

Les clients de l’entreprise sont actuellement des agriculteurs qui sont ravis des résultats. Par la suite le couple souhaite développer leur marché en Jardinerie pour toucher un maximum de particuliers. De plus, le produit est 100 % naturel donc parfait pour l’environnement. Concernant la communication tout est partie de bouche à oreille sans que la ferme prenne contact avec des arboriculteurs ou des maraîchers.

En termes de matériel, il a fallu de nombreuses années avant de trouver une chaîne de machines efficaces et rentables avec la quantité à produire. Aujourd’hui il possède un matériel sophistiqué et adapté mais souhaite agrandir la production.

De notre point de vue il possède donc un matériel très récent, jusqu’à décourager les visiteurs potentiels concurrents, qui voudraient copier le projet ! On est sur une nouveau type de recyclage. Cependant parT la suite ils auront sans doute besoin de plus de personnel.

La mise en route de l’AMM (autorisation de mise sur le marché) a été très longue et coûteuse. 330 analyses ont été utilisées pour des essais. Il y a eu un investissement de 650 000€.

En termes de matériel, il a fallu de nombreuses années avant de trouver une chaîne de machines efficaces et rentables avec la quantité à produire. Aujourd’hui il possède un matériel sophistiqué et adapté mais souhaite agrandir la production.

De notre point de vue il possède donc un matériel très récent, jusqu’à décourager les visiteurs potentiels concurrents, qui voudraient copier le projet ! On est sur une nouvelle forme de recyclage. Cependant par la suite ils auront sans doute besoin de plus de personnel.

La mise en route de l’AMM (autorisation de mise sur le marché) a été très longue et coûteuse. 330 analyses ont été utilisées pour des essais. Il y a eu un investissement de 650 000€.Dans les menaces pour l’entreprise, on retrouve de potentiels concurrents qui cherchent à copier le projet (espionnage industriel), ils peuvent également craindre le refus de certains lieux de vente.

Cependant, c’est un projet en plein essor avec de l’innovation et presque de la ressource illimitée grâce à ce système circulaire. Ils ne souhaitent également pas déposer de brevet car ils ne veulent pas empêcher d’autres entreprises de créer cela par leurs propres moyens. Ils ont pu obtenir un investissement de 650 000€ permettant de mettre en œuvre le projet grâce à des analyses et des résultats concrets (c’était provisoire il n’y a encore pas si longtemps dans le Morbihan).

Ils possèdent pour l’instant un monopole du marché sur ce type de produit.

En conclusion, cette entreprise n’est pas très veille et a déjà un avenir prometteur, grâce à un produit nouveau sur le marché. Cela permet d’améliorer les productions actuelles grâces à des statistiques sur le terrain et les retours des clients.

Pour nous ce fut une visite très intéressante, très enrichissante. C’est un secteur innovant et les personnes qui mènent ce projet sont inspirantes pour de jeunes étudiants !

SARL Terremo’logic

Noémie et François.

Le printemps s’installe aux Serres du Mené

En ce début de saison printanière, les Serres du Mené vous propose de nouvelles variétés à la vente.

En effet, nous proposons un choix plus grand d’arbustes pour nos clients particuliers (ex: oranger du Mexique, laurier rose, caryopteris, azalée mollis, bignone,…).

Les variétés sélectionnées sont bien évidemment adaptées à notre climat breton.

Des fruits rouges seront également proposés à la vente pour la plantation (ex: Cassis ‘Noirama’, groseilliers ‘London market’, framboisiers ‘Ruby beauty’…)

Quelques conseils importants afin d’avoir de belles plantations fleuries pour cette saison :

  • Pour avoir de belles jardinières, il est nécessaire, avant même le choix des végétaux, d’avoir un bon terreau. Il doit avoir une forte rétention en eau et une grande aération pour une bonne ré-humectation. Le terreau “Aquaflora” professionnel que nous proposons à la vente, et que nous utilisons depuis des années pour les plantations dans les jardinières des collectivités a ces qualités. C’est également un engrais à libération lente adapté aux fleurs pour jardinières et suspensions.
  • Pour réduire les fréquences d’arrosage, le mieux est d’utiliser des contenants avec réservoirs d’eau et bien sûr des végétaux peu demandeurs en eau comme le géranium lierre, la verveine, le scaevola.
  • Un autre conseil est de planter les végétaux en quinconce et non en ligne, afin d’apporter plus de volume à la jardinière.

Laurine M. , Léa P. et Marion D.

Sortie Salon Vert

Mercredi 19 septembre 5 classes du lycée et CFA du Mené sont allées à Salon vert : Les 3 classes de BTS aménagements paysagers, les BP 4, et terminales professionnelles aménagement. Soient 115 jeunes !

C’est un salon qui expose pratiquement tout le matériel que l’on peut trouver dans les entreprises de jardin. Soit plus de 400 exposants répartis sur 14 hectares, ce qui permet de présenter un grand nombre de machines en fonctionnement réel. De nombreux fournisseurs sont évidemment présents en plus du matériel : pépiniéristes, fournisseurs de semences, d’engrais etc.

Ce salon se déroule dans le parc du château de Baville dans l’Essonne. Pour cela il a fallu partir de MERDRIGNAC dans 2 cars à 5 heures du matin avec retour à 22 h. Cela fait une journée fatigante mais les jeunes sont ravis d’avoir pu observer du matériel en démonstration et parler entre professionnels avec les commerciaux.

Au milieu des tondeuses ou broyeurs de branches on peut apprécier Continuer la lecture