Enregistrement et contrôle obligatoire du GNIS pour nos plants de légumes

Chaque année, nous travaillons avec plusieurs maraîchers du territoire, pour les fournir en plants de légumes AB. En effet, de nombreux maraîchers préfèrent, pour gain de temps, acheter leurs plants déjà germés en mottes.

Après s’être certifiés par CERTIPAQ pour le label AB en 2009 et achetés une motteuse en 2011, nous produisons chaque semaine de nombreux plants relatifs à un planning précis. Certains plants partent aussi à la vente directe le printemps pour être planté dans les jardins potagers. En 2014, 35 000 plants ont été confectionnés et nous espérons en faire plus les années prochaines.

Produire du plant de légume oblige d’avoir un Numéro phytopass délivré par le SRAL (Service Régional de l’Alimentation) et de s’enregistrer au GNIS (Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants). Presque chaque année des contrôles sont ainsi réalisés. Un 1er contrôle a ainsi été effectué cette semaine aux Serres du Mené.

Ils ont ainsi vérifié :

La qualité du plant : les plants doivent être d’aspects frais, suffisamment turgescent, sain et exempt d’attaques visibles de parasites ou de maladies et ne pas présenter de blessures. Les plants doivent être homogène en hauteur. Les conditions de conservation des graines et des plants sont aussi regardés.

– L’étiquetage informatif : L’étiquetage est obligatoire et les informations indiquées sur une étiquette ou une pancarte, où doivent être mentionnés = la mention “Qualité CE”, le numéro d’agrément, le nom botanique ou commun, la dénomination de la variété, etc. Aussi, la traçabilité est importante :chaque plant doit pouvoir être retracé jusqu’à la graine (N) de lot du fournisseur de semence)

Nous avons ainsi eu de nombreux échanges avec la contrôleuse, souhaitant bien suivre la réglementation spécifique de la commercialisation des plants de plants de légumes et ainsi être exemplaires vis à vis de nos élèves. Certaines pratiques chez nous devront ainsi évoluer. Nous allons devoir, à partir de maintenant, garder une année tous nos sachets de semences vides pour traçabilité, rajouter sur les plannings de culture le N° de lot de la semence utilisée, et mettre l’annotation “Passeport phyto CE” sur nos factures aux professionnels.

Manon Watzky

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *