La noue paysagère, une solution contre les inondations

Au sortir d’un hiver pluvieux qui a vu la Bretagne enchaîner les tempêtes et les alertes inondations, il est un aménagement qui trouve toute sa cohérence pour lutter contre ces problèmes d’eau stagnante et de nappes saturées : la noue paysagère.

Derrière ce nom étonnant et peu connu se cache en fait un ouvrage très simple, à mi-chemin entre la mare et le fossé. Il s’agît en fait d’un fossé élargi, parfois simplement engazonné, d’autres fois planté de plantes de milieux humides (hygrophiles et hélophytes notamment). La forme linéaire de cet aménagement cache l’importance de sa structure verticale.

photo noue 1En effet, agissant comme une sorte de tampon, cet espace doit permettre de recueillir les trop-pleins d’eau dans les moments de fortes précipitations comme cet hiver. Étant de faible profondeur, il doit garantir une infiltration facile de l’eau jusqu’à la nappe phréatique, pour ne pas déborder. Sa perméabilité, sa capacité drainante, est donc son atout numéro 1.

Outre l’infiltration, la noue peut avoir une autre vertu, celle de la filtration. Des espèces végétales plantées sont capables d’assainir l’eau de ruissellement avant qu’elle ne s’infiltre, et ainsi luttent de façon naturelle et efficace contre la propagation des pollutions dans le réseau hydrographique.

A Merdrignac, nous n’avons pas attendu les péripéties météorologiques de ces derniers mois pour être conscients de la nécessité de mettre en place une gestion d’ensemble de notre parc, de façon durable et écologique. Ainsi, une gestion différenciée des espaces est en train d’être formalisée. Les projets à venir, à commencer par la noue et la végétalisation du toit du CFA, répondront désormais à la trame verte et bleue qui doit structurer le parc.

De quoi fédérer toute la communauté apprenante, des animaliers aux horticoles en passant par les aménageurs.

A vivre dedans jour après jour, on en vient presque à oublier que notre parc est finalement situé sur un coteau, une pente continue qui abouti à un ruisseau, le Duc, qui s’écoule tranquillement à travers la ville. Pour qu’il garde sa tranquillité, et pour garder la notre, l’aménagement d’une belle noue paysagère au point le plus bas de l’établissement (donc au nord) semble un projet pertinent et novateur.

Arnaud.

1 réflexion sur « La noue paysagère, une solution contre les inondations »

  1. Ton info est d’actualité et pertinente.Au bas de l’allée que nous venons de reprendre l’empièrement,il y a un semblant de quelque chose que je te suggère d’aller voir…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *