Blog de l'apprentissage en BTS Technico-Commercial

une dynamique, des talents, des métiers

Beaujolais nouveaux du même tonneau ?

Posted by redac_mil on novembre - 24 - 2012 with 0 Comment

Une semaine après la sortie du cru 2012, les BTS TC Vins & Spiritueux du CFA du Mené ont organisé une dégustation comparative de Beaujolais nouveaux.
Le post qui suit est à lire sans modération…

Nous sommes trop jeunes pour faire partie de ces dégustateurs éclairés qui manifestent leur dédain pour un breuvage « aux arômes de comptoir » et aux excès « bananisés ».
C’est donc à notre manière et pour nous faire notre propre opinion que nous nous sommes lancés, ce Jeudi 22 novembre, dans un test de préférence gustative : le test de Kramer.

Hé oui, loin de la fureur médiatique & de la polémique autour d’un produit parfois considéré comme une « arnaque commerciale » ; loin de la bonne ambiance des comptoirs en zinc & de la convivialité des tables d’hôtes, il est possible de faire de la pédagogie !
Entre « bon vin populaire » ou « piquette standardisée », nous n’avons surtout pas boudé notre plaisir de découvrir 3 dignes représentants de la version 2012 de ce vin primeur.

Nous avons fait déguster 3 produits à 16 juges & nous leur avons demandé de les classer par ordre de préférence. Nous avons alors effectué, pour chaque produit, la somme des rangs attribués par les juges.

  • L’hypothèse nulle du test de Kramer est « tous les produits sont équivalents ».
  • L’hypothèse alternative est « il existe au moins un produit dont la qualité est différente de celle des autres ».

Comme on le voit, le but du test de Kramer est de savoir si on peut séparer un produit de tous les autres : c’est ce que l’on appelle un test discriminatif.
Voici nos résultats :

Nos 3 vins :
Vin « A » :
Domaine Chatelus
Earl La Roche
St Laurent d’Oingt
Vin « B » :
Le Repos des Grâces
Mis en bouteille à Châne pour LVA France
Vin « C » :
Domaine de Chêne
Beaujolais Village
Charentay
Somme des rangs :
36
31
29

Pour 3 échantillons & 16 dégustateurs ;

Au seuil de 5 %, on rejette l’hypothèse nulle si la première somme est plus grande que 25 ou si la seconde est plus petite que 35.

Le vin « A »a obtenu une note >35 : il est significativement moins aimé que les autres. Avec un risque d’erreur sur le jugement de 5%.
Pour les 2 autres vins, nos dégustateurs du jour n’ont pas trouvé de différence significative entre les produits.

Le Beaujolais Nouveau 2012 se la joue fashion victim

Quelques conseils…

  • “Rond, agréable, lacté” un Beaujolais nouveau est un vin facile à boire.
  • Il a peu de structure, peu de tanins, tout simplement parce que c’est un vin “nouveau”, comme son nom l’indique.
  • Ses arômes ne proviennent que peu du cépage utilisé dans le Beaujolais (principalement le Gamay noir N), mais surtout des levures ensemencées lors de la macération carbonique (macération en présence de CO2). Ces levures fermentent avec le raisin, pour lui donner des arômes parfois surprenants de banane, de fraise ou de bonbon.
  • Cette année, vous essayerez de trouver une note de fruits noirs en entrée en bouche et l’onctuosité de la framboise en fin de bouche.
  • Il faut le servir très frais, entre 8° et 10°, et le laisser se réchauffer naturellement.
  • On peut le boire en apéritif ou le déguster avec un fromage type Brillat Savarin ou Comté jeune.

Cependant, il convient de signaler que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé & qu’il faut le consommer avec modération.

Il y a primeur et primeur…

  • De nombreuses appellations d’origine protégée (AOP) peuvent élaborer des vins primeurs. Elles ont été listées par arrêté ministériel en 1951.
  • Parmi elles, le Gaillac, le Muscadet, le Bourgogne grand ordinaire…
  • Un décret de 1985 fixe leur date de libération sur le marché au troisième jeudi de novembre.
  • Mais le beaujolais rafle la vedette : il a su s’organiser pour faire de cette sortie un évènement festif et son succès à l’exportation l’oblige à une régularité qualitative.