Blog de l'apprentissage en BTS Technico-Commercial

une dynamique, des talents, des métiers

 3 jours, 3 filières  #3

Posted by redac_mil on avril - 14 - 2012 with 0 Comment

ou comment partager un moment de convivialité autour d’un plateau de fromages.
C’est à la fromagerie Beillevaire de Machecoul que nous avons aiguisé nos papilles autour d’un repas de fromages digne d’anthologie.
En effet, les fromages de chez Beillevaire, c’est le must du coin : à Nantes, tout le monde connait !

Les préparatifs

Tel un expert ès belles pâtes fromagères ; notre hôte, Cyrille Beillevert, nous a vanté, raconté, expliqué les fromages, les régions, les traditions, les producteurs…
En maître de cérémonie attentif, il nous a proposé un parcours initiatique en 2 temps.

♦Le premier temps était consacré aux fromages de chèvres & brebis.
Nous avons attaqué notre tour de France gustatif par un fromage de l’Hérault avec un St Nicolas de la Dalmerie accompagné de miel au thym : les gourmands n’ont qu’à bien se tenir…
Après un quelques petits détours dont un par la Haute-Vienne avec un fromage fermier crémeux & cendré aux accents caprins fins et subtils : le Gour Noir, nous avons pris le bateau pour nous retrouver en Corse avec un fromage à pâte molle & à croûte lavée : le Venaco. Pour finir ce premier plateau, les plus audacieux se sont lancés à la découverte d’une tomme de chèvre des Pyrénées à la croûte grise-orangée : le Somport fermier.

En bons bretons que nous sommes, nous n’avons pas résisté au plaisir de goûter avec tous ces fabuleux fromages du bon beurre cru de baratte en bois… 1/2 sel cela va sans dire !

Explications & mise en pratique

♦Au cours du second temps, nous avons pu découvrir d’autres produits d’excellence.
Le premier a avoir subi les assauts de nos couteaux est un fromage fabriqué sur place : le Machecoulais. Celui là n’a pas fait long feu : il faut bien dire qu’il est à se damner…
Nous avons enchainé avec une autre pâte molle : le Bessin aux herbes. Avec sa farce de coriandre, de ciboulette, de cerfeuil & de persil frais, il nous évoque les verts pâturages de Normandie.
Nous ne savons déjà plus où donner de la tête mais il nous reste encore 5 autres fromages à déguster ! Notre activité prend un tour Rabelaisien qui ne nous déplait pas : il faut bien dire que le plaisir est trop intense pour se laisser abattre.
On se laisse alors séduire par un Gruyère d’Alpage sur lequel on étale généreusement une gelée de fruits rouges… Hum !
On goûte (en cachette) un Secret du Couvent.
On reprend un peu de Fourme de Rochefort.
On découvre un Gorgonzola différent de celui que l’on connaissait déjà & infiniment meilleur foi d’épicurien !
On n’hésite plus à savourer un enivrant Maroilles au lait cru.

Au terme de cette généreuse découverte, les mêmes pas fatigués ; ceux qui n’ont pas trop attrapé le tournis ne peuvent pas résister à la tentation de finir sur une note sucrée en goûtant un riz au lait sur lit de caramel au beurre salé.

C’est certain, cette dégustation restera gravée dans les esprits !